Questions Réponses


 
Cette partie du site se développera en fonction de vos demandes, n'hésitez pas à me contacter, j'essaierai dans la mesure du possible de vous répondre.
A noter qu'aucun diagnostic ne sera fait en ligne !

 


L'ostéopathie est-elle remboursée par la sécurité sociale ?

Notre pratique n'est aujourd'hui pas remboursée par les organismes de sécurité sociale (et il existe peu de chance pour que cela change...). En revanche de nombreuses mutuelles remboursent totalité ou une partie des consultations. Ainsi n'hésitez pas à vous renseigner auprès de la votre. 

Vous pourrez également trouver ce type de renseignements sur ce site.


Quelle est la différence entre un ostéopathe et un kinésithérapeute ?

Tout d’abord l’ostéopathie est une profession de première intention : c'est-à-dire que le patient peut aller chez l’ostéopathe sans avoir d’ordonnance de la part du médecin. L’ostéopathe doit ainsi être capable de formuler un diagnostic et de prendre en charge le patient (aussi bien en le soulageant qu’en l’orientant vers quelqu’un plus à même de traiter le problème).
La 2e grande différence se situe au niveau de la pratique : la kinésithérapie permet la majorité du temps de réaliser/d’aider les patients lors de leur rééducation. Ainsi le muscle est la plupart du temps renforcé (par des exercices en concentrique ou en excentrique). Dans ma pratique je considère le muscle comme un freinateur du mouvement : ainsi une contraction musculaire involontaire/reflexe empêche l’articulation de bouger dans ces amplitudes physiologiques et contribue au maintien de la pathologie. Mon but sera alors de supprimer ce réflexe à l’origine de la contraction, donc de « détendre » le muscle afin de rendre à l’articulation ces possibilités de mouvements.
Ces 2 professions sont donc bien différentes et aussi indispensables l’une que l’autre. Il faudra juste que le patient soit orienté vers le bon praticien en fonction de sa pathologie.


Pourquoi allez voir un ostéopathe ?

Une liste des pathologies pouvant rentrer dans le champ d'application de l'ostéopathie se trouve dans la rubrique champs d'application.


Comment se déroule une séance ?

La séance commence tout d’abord par un interrogatoire permettant de déterminer si la pathologie du patient rentre dans le champs d’application de l’ostéopathe, et les diverses origines possibles de celle-ci.
Une fois l’interrogatoire terminé l’ostéopathe réalise des tests dynamiques, mécaniques, neurologiques (etc.…) afin de confirmer son hypothèse diagnostique. Une fois celle-ci mise en évidence et si elle rentre bien dans le champs d’application ostéopathique, l’ostéopathe poursuivra par son traitement.
A la fin du traitement un bilan (test dynamique, mécanique et neurologiques) sera réalisé afin de déterminer l’efficacité du traitement.


Combien de séances chez l'ostéopathe sont nécessaires avant d'aller mieux ?

Un soulagement apparait généralement dès la première consultation. Pour certaines pathologies une séance peut d'ailleurs suffire à faire disparaitre les douleurs ou gênes fonctionnelles.
Cependant cette situation idéale n'est pas toujours envisageable : en général les troubles mécaniques (entrainant par exemple des lombalgies, cervicalgies, migraines...) sont installés depuis un certains temps. La chronicité de ces troubles rend les résultats de la première consultation moins "miraculeux". Une seconde voire une troisième séance pourront alors être nécessaires pour soulager totalement le patient.
Il faut cependant noter qu'après chaque séance une amélioration (moins de douleur, moins de raideur) doit être ressentie par le patient.
 

A quoi correspond le "crac" pouvant faire suite à certaines manipulations, et est-il dangereux ?

Une articulation est composée de deux surfaces articulaires lesquelles sont reliées par une capsule articulaire (on ne parlera pas ici des divers ligaments, muscles...). Cette capsule articulaire contient le liquide synovial assurant entre autre la nutrition du cartilage (par phénomène d'imbibition). Or ce liquide synovial contient de nombreuses microbulles de gaz.
Lors d'une manipulation, la capsule articulaire va être étirée (tout en restant dans les amplitudes physiologiques de l'articulation) ce qui provoque une agglomération des microbulles de gaz. Celles ci forment alors une bulle de gaz qui de par sa taille va éclater et créer le "crac" articulaire.
Le crac en lui même n'est ainsi pas dangereux. Ce qui peut l'être en revanche est l'amplitude dans laquelle est réalisée la manipulation. En effet si la technique est réalisée dans des amplitudes trop importantes (non physiologique) certaines complications peuvent survenir : inflammation des ligaments de l'articulation, expulsion d'une hernie discale...

Le Cabinet

La résidence les remparts Sainte Marthe
Face à l'université d'Avignon
36 boulevard Limbert
84000 Avignon

Tel : 04-90-25-16-47
06-23-43-35-56

Consultation sur rendez-vous :
Du lundi au vendredi
Et le samedi matin